Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans l'ombre d'un témoin - Elisabeth George
sans-l-ombre-d-un-temoin.jpg
   
Quatrième de couverture :
Londres, aux abords de l'hiver... Une série de crimes atroces ébranle le quotidien déjà sordide des quartiers défavorisés. Les victimes sont de jeunes adolescents métis au parcours chaotique, tous torturés selon un rituel macabre. Désireuse de boucler cette sulfureuse affaire au plus vite, Scotland Yard confie l'enquête à l'inspecteur Thomas Lynley et à sa fidèle adjointe Barbara Havers, contraints cette fois-ci, de faire équipe avec un psychologue et un énigmatique sergent. C'est le début d'une véritable plongée au cœur des bas-fonds londoniens où, entre terrains vagues insalubres, ruelles poisseuses et centres de réinsertion pour délinquants juvéniles, un serial killer particulièrement pervers s'apprête à accomplir son grand œuvre...

 

Mon avis : 
Une bonne enquête policière, avec des crimes on ne peut plus odieux. Toute la bassesse humaine est présente. Des meurtres sur des jeunes marginaux, à la pédophilie. Une mise en éxergue du fait que la police s'interesse plus à un meurtre sur un jeune de couleur de peau blanche qu'à celle d'un métis, ou d'un noir.
J'avais deviné qui était le meutrier, mais rien n'est venu confirmer ou infirmer ma supposition avant la dernière centaine de pages. En gros, un roman de 920 pages où sur 800 pages, on se demande qui est le méchant.
L'élément négatif est la longueur. C'est beaucoup trop long et pour cause, on a droit à toutes les pensées des protagoniste, à toutes les actions. On aurait pu aisément passer sur les : elle mange des poptarts le matin, ou bien, elle a froid en vélo.
Cela étant c'est quand même un bon policier.
Note : 3,5/5
Tag(s) : #2011 Lectures

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :