Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie très privée de Mr Sim - Jonathan Coe

La vie très privée de Mr Sim - Jonathan Coe
sim.jpg

 

Quatrième de couverture :

Max Sim, le protagoniste principal, est un antihéros par excellence, voué à l’échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l’échec à l’âge adulte (sa femme le quitte, sa fille ne le regarde guère, sinon pour rire sous cape), s’acceptant d’ailleurs en tant qu’échec et y trouvant même une certaine paix : l’absence de lutte, enfin. « Savoir s’accepter » devient l’un de ses mots d’ordre… À force de solitude, il finit par converser avec son GPS au long de ses pérégrinations de commis-voyageur représentant en brosses à dents dernier cri. Il tombe amoureux de cette voix désincarnée, lui imaginant même une personnalité, et les dialogues engagés avec elle partagent le lecteur entre le rire et la compassion. Le drame essentiel réside pourtant dans la relation avec son père, dont il découvre en lisant son journal qu’il était homosexuel et l’a conçu, lui, Max, par accident pourrait-on dire. Mais il va tout de même essayer de se réconcilier avec ce père et même, de lui faire retrouver son ami de cœur, l’extraordinaire Roger S. Un échec là encore, mais l’échec est l’un des ressorts du comique… Jonathan Coe renoue ici avec la veine comique tout en gardant la même complexité, la même précision, la même habileté que dans ses livres précédents. Tout à la fois drôle, bien construit et situé à la pointe du contemporain, le roman procède par mélange de genres, suite d’échos, de souvenirs récurrents, de parallèles, de rappels, pour tenter de cerner la grand interrogation : jusqu’à quel point la vie peut être considérée comme une fiction ?

 

 

Mon avis :
L'histoire d'un mec pas loin de la quarantaine qui se débat en pleine crise. Le démon de minuit. Il n'a jamais digéré la mort de sa mère, et se retrouve peu à peu seul dans sa solitude, empreinte de névrose.
Un roman très lent sur le départ. Je ne le trouvais pas intéressant, je me demandais si j'allais avoir la force de le finir... 450 pages environ... Mais j'ai finalement tenu bon, mais la fin me laisse un goût amer dans la bouche. Je ne suis pas satisfaite de la conclusion...
Note : 2/5