Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D'autres crimes se révèlent, horribles, gratuits... La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la "méthode Verhoeven". Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes, mais celle-ci va le laisser totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu'à la vie même de Camille qui n'échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser, dans les règles de l'art...

"Il y a eu meurtre à Courbevoie..." Message bien laconique pour un crime aussi épouvantable. Camille Verhoeven comprend très vite que dans cette affaire les explications rationnelles seront inopérantes. Et il a raison. Parce que les crimes illogiques, horribles, gratuits, vont se succéder, que la presse va très vite se déchaîner contre la "méthode Verhoeven," que le juge Deschamps, le Parquet, le ministre lui-même, n'auront de cesse de le dessaisir de l'affaire pour manquements à la discipline. Et parce que Camille Verhoeven va formuler une hypothèse... à laquelle personne ne veut croire. Une hypothèse hors normes. Camille a beau y être habitué, ça agace. Et il va bientôt se retrouver seul face à un assassin qui semble avoir tout compris, tout prévu, tout manipulé. Jusqu'au moindre détail. Jusqu'à la vie même de Camille qui n'échappera pas au spectacle terrible que le tueur a pris tant de soin à organiser dans les règles de l'art.

Mon avis :

Un roman bien ficelé. Un commandant surprenant, humain, surchargé. Ce roman bien qu'effroyable par la qualité e ses crimes, est bien imaginé. Les personnages gravitant autour de Camille Verhoeven ne sont pas en reste, et sont plein de réalisme. 

Son équipe avec des êtres si variés, comme Louis, Maleval m'a semblé bien réelle.

Chapeau bas à cet auteur, que je ne connaissais que de nom. Il se révèle un maître dans l'art du suspense, de l'intrigue et du machiavélisme meutrier, avec ce souci du détail, diabolique.

La suite avec  et , m'attendent dans la bibliothèque.

 

Cet auteur m'a redonné envie de lire des polars... A plus tard... J'y retourne 

Note : 4.5/5
 

Le roman policier a longtemps été considéré comme un genre mineur. Il aura fallu plus d'un siècle pour qu'il acquière droit de cité dans la "vraie" littérature.
Sa longue relégation au rang de "paralittérature" répond à la conception que lecteurs, auteurs et éditeurs se firent longtemps de ce qui était censé être littéraire et donc à nos usages culturels, mais aussi, croit-on généralement, à sa matière même, à savoir le crime.
Cette fausse évidence, aussi ancienne que le genre lui-même, semble ignorer que meurtre et enquête figurent en place privilégiée chez les auteurs les plus classiques, de Dostoïevski à Faulkner, de la littérature médiévale à Mauriac.
En littérature, le crime est aussi ancien que l'amour.

Tag(s) : #2017 Lectures, #Pierre Lemaitre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :